• Cachou : elle est pas belle la vie ?Cachou : elle est pas belle la vie ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    2 bottes de paille l'une sur l'autre, et voilà un lit confortable pour siester à l'ombre, pour jouer à croquer les brins dorés. J'ai eu des scrupules à étaler la paille dans le potager tant notre chatte Cachou appréciait ces bottes... 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • On ne change pas une formule gagnante. Finis les potées de géraniums qui sont victimes du papillon brun des pélargoniums ! Dans les pots en zinc surchauffés par le soleil estival, je plante cet été encore des gazanias.

    Jardinières été 2012

    Jardinières été 2012

    Je suis impatiente de découvrir le résultat lorsque les plantes seront arrivées à maturité.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Nouveaux rosiers dans le jardinNouveaux rosiers dans le jardin

    Un rosier-liane " Dentelle de Malines " court encore timidement dans le laurier-sauce.  

    Les bouquets de petites fleurs roses éclairées de jaunes, sans parfum, ne sont présents qu'un mois et demi en mai-juin.  Hauteur de 4 à 5 mètres. C'est une obtention LENS de 1986.

    Il ressemble au rosier paysager " The Fairy ", ce que j'ignorais lorsque j'ai planté " Dentelle de Malines " près de  " The Fairy ", du coup on ne sait plus qui est qui à la base des rosiers.

    Nouveaux rosiers dans le jardinNouveaux rosiers dans le jardin

    The Fairy                                                                                  Dentelle de Malines

     

    Nouveaux rosiers dans le jardinNouveaux rosiers dans le jardinNouveaux rosiers dans le jardin

    Nouveaux rosiers dans le jardin

    Mes voisins, qui ont remanié les massifs de leur jardin cet hiver, m'ont donné 3 rosiers dont le rose " Critérion ", l'orangé " Breath of life " et " Yvette Horner ", rose carmen à coeur jaune.

    Nouveaux rosiers dans le jardinNouveaux rosiers dans le jardinNouveaux rosiers dans le jardin

    Nouveaux rosiers dans le jardin

    Placés de part et d'autre du rosier-tige "Comtesse de Ségur" de Delbard, ils réhaussent de leur éclat le rose tendre des fleurs qui les dominent.

     Nouveaux rosiers dans le jardin

    2 rosiers grimpants anciens " Paul's scarlet " (obtention anglaise de 1915) plantés au pied de jeunes chênes dont ils devront habiller le bas des troncs de roses rouge-cerise.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Clic sur les images pour agrandissement

    KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent

    KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent

    KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent

     

     KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent

     





     

    Le chat de la maison aime nous rendre visite.

     

    Je suis tombée sous le charme de ces maisons balinaises ouvertes sur l'extérieur, mais qui nécessitent la présence d'un veilleur de nuit et celle d'un chat chasseur de serpents (non venimeux), les rizières étant proches. 

    Pour ma part, je n'ai croisé que de belles libellules et de somptueux papillons.

     

    KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent

    KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent

    KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent

     

     

    Magnifique vue depuis la chambre rizière.


    KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent 



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    adresse de la maison d'hôtes : http://la-maison.weebly.com 

    KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et LaurentKEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent

    KEROBOKAN BALI, maison d'hôtes de Pascal et Laurent

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Clic sur les images pour agrandissement

     

    Difficile de photographier le jardin sous un beau ciel bleu en ce moment.

    Dans la zone sous-bois fleurissent le jasmin étoilé et le chèvrefeuille. Mais ce sont principalement les feuillages qui colorent les massifs.

    mon jardin landais début juin 2012mon jardin landais début juin 2012

    Les arches disparaissent sous les roses, malgré la taille sévère effectuée cet hiver sur les rosiers grimpants. Pénétrer dans la partie potagère du jardin sous ces opulentes floraisons devient un grand plaisir. Quant aux bordures potagères, elles sont enfin infranchissables : au sud des rosiers paysagers rouges Meigalpio avec des véroniques arbustives, au nord une haie de cassissiers fleuries par des campanules Raiponce. Cette dernière association est une vraie réussite ! 3 ans d'attente pour arriver à ce résultat.

    mon jardin landais début juin 2012 mon jardin landais début juin 2012

    mon jardin landais début juin 2012 mon jardin landais début juin 2012

    mon jardin landais début juin 2012 mon jardin landais début juin 2012mon jardin landais début juin 2012

     Après avoir arraché les plants de fèves et semé les haricots verts nains, j'attends que les lignes de feuillage sortent de terre afin de pailler entre les rangs.

    mon jardin landais début juin 2012

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Clic sur les images pour agrandissement

     

    En sus des épices, vanille, thé, paréo ( et oui, je vis près de l'océan, ça peut servir...), j'ai ramené de modestes objets qui me rappelleront ce beau séjour d'un mois dans l'île des Dieux.

     

    Un cendrier tout terrain, typiquement balinais, qui ne craint pas l'humidité et qui restera sur la terrasse avec les fumeurs (!) , un cale-porte en bois exotique et sujet en bronze (j'ai choisi une grenouille car elles sont très présentes dans les rizières), un merveilleux papillon turquoise indonésien.

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ? Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ? Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ? 

    Des petits cailloux

    ???

    Mais non ! Des coquilles d'escargots marins usés par le sable et l'océan indien, récoltés sur la plage de sable noir de Seminiak. Grâce à Frédérique (maisons d'écrivains), je découvre qu'il s'agit d'opercules d'escargots marins. Consultez les liens vers les explications dans le commentaire n°5 de cet article.

    Et un chemin de table en fibres naturelles teinté de turquoise, pour ne pas oublier les couleurs paradisiaques des plages du Bukit.

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?
     

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?

    Des poissons rouges délicats en fine porcelaine.

    Dans les jardins balinais, il y a beaucoup de fontaines et de bassins dans lesquels ces poissons mangent les larves de moustiques. Exemple : l'entrée de la maison d'hôtes de Kerobokan. Bien sûr, les poissons rouges sont majoritairement cachés, mais il reste quelques téméraires à débusquer sur l'image.

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?

    Des geckos, un petit doudou en tissu rempli de sable et un argenté à fixer au mur ( comme les vrais ). 

    J'ai eu un coup de foudre pour ces adorables petits lézards à doigts ventouses, qui prennent la couleur de leur support et qui chantent la nuit " Geeckooo, geeckooo, geeckooo". Leurs chants m'endormaient paisiblement, mon esprit embrumé traduisant " Dors bien sous ta moustiquaire, nous chassons ces moustiques assoiffés de sang pendant ton sommeil. "

    Les maisons n'étant pas closes, ils habitent avec les Balinais, se cachant le jour derrière les meubles et tableaux, et apparaissant de tous les côtés dès que la nuit tombe et que l'on allume la lumière, même de l'autre côté des vitres.

     

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?

    Finesse de la nacelle d'oeufs de l'argonaute femelle.

    Une salière en grès qui imite un nautile. Il y avait de magnifiques vraies coquilles de nautile à la vente, mais le coquillage volumineux est trop fragile pour voyager en sac à dos. Un de mes regrets. 

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ? Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?

    Des oiseaux en bronze et en noix de coco et bambou.

    Le vent d'ouest venant de l'océan anime la tête de la grue et fait résonner les tubes de bambous en un doux tintement, qui lorsque l'on ferme les yeux nous ramène en un éclair à Bali.

     

    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?
    Quels objets ramener de Bali dans son sac à dos ?

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    7 commentaires
  • Phasme gaulois et Phasmes balinais

    Ce phasme feuille ( Phyllium sp)  et ce phasme géant balinais ( Pharnacia ponderosa ) sont si grands qu'ils donnent l'impression d'être de petits animaux, bien inoffensifs.

    A mon retour, un jeune phasme gaulois se tenait sous la terrasse couverte. Quelle différence de taille !

    Phasme gaulois et Phasmes balinais

    Phasme gaulois et Phasmes balinais

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • Le café balinais de civette, le plus rare et le plus cher au monde.

    Les civettes palmistes communes sont des animaux nocturnes qui se nourrissent de la pulpe des cerises de café. Mais elles ne digèrent pas les grains que l'on retrouve intacts dans leurs excréments. Les crottes sont lavées, les grains séchés au soleil puis torréfiés.

    C'est le passage dans le tube digestif de la civette, grâce à l'action des sucs digestifs, qui enlève l'amertume et donne un goût caramélisé au café. A Bali, le café de civette ( Kopi Luwak, en balinais ) nous a coûté 5 euros, alors qu'en Occident ou au Japon, il faut débourser entre 20 et 50 dollars pour une tasse de café.

    A l'origine au 18ème siècle, les Néerlandais, propriétaires de plantations de caféiers, avaient interdit à la population de l'île de cueillir le café pour leur propre consommation. Les Balinais, pour goûter cette boisson inconnue, ont donc ramassé les excréments de civette, dans lesquels les graines de café étaient rejetées. 

    Le café balinais de civette, le plus rare et le plus cher au monde.

    Cerises de café. Mai 2012 - Munduk - Bali

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • grappe d'oeufs roses, rizière balinaise.

    Les rebords du canal qui irrigue les rizières présentaient d'étranges grappes d'oeufs roses, jusqu'à 50 cm au dessus du niveau de l'eau. Après recherche, j'ai découvert qu'il s'agit d'oeufs d'escargots ampullaires ( Pomacea canaliculata ), escargots aquatiques qui pondent hors de l'eau pour protéger leurs oeufs des prédateurs aquatiques.

    Pomacea canaliculata est omnivore : algues, plantes aquatiques, déchêts végétaux, poissons morts, et... plants de riz ! Un véritable ravageur indésirable du riz.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Clic sur les images pour agrandissement

    Le jardin botanique d'Ubud, île de Bali

    Pour accéder au jardin botanique d'Ubud, ville culturelle au centre de l'île de Bali, il faut marcher   depuis le centre-ville pendant 2 kms sur la route de Penelokan. C'est un jardinier allemand, Stefan Reiner, qui est à l'origine de ce jardin de plus de 6 hectares. Il souhaite faire découvrir les plantes et arbres balinais.  Malheureusement pour nous, ce n'était pas la saison de floraison des orchidées.  

    Nous avons été surpris par la pluie et par de voraces moustiques qui nous ont fait écourter la visite. Seuls visiteurs du jardin, nous nous prenions pour des explorateurs hardis... jusqu'à l'arrivée des terribles buveurs de sang ! 

    Le jardin botanique d'Ubud, île de BaliLe jardin botanique d'Ubud, île de BaliLe jardin botanique d'Ubud, île de Bali

    Anthurium roses, redoutant le soleil direct et nécessitant une forte humidité ambiante.                Fleur rouge de passiflore. Cette plante liane donne le fruit de la passion.Le jardin botanique d'Ubud, île de BaliLe jardin botanique d'Ubud, île de Bali

     

    Les fougères en arbre sont impressionnantes, et nous nous méfions des bambous qui surplombent les chemins car les balinais nous ont parlé des dangereux  petits serpents verts qui aiment se cacher en hauteur sur les tiges des bambous. Leur morsure est mortelle et cause le décès de nombreux balinais chaque année. De vrais aventuriers... vraiment.

    Notre chauffeur nous a relaté la triste mésaventure de son ami, décédé l'an passé de la morsure d'un " green snake". Le serpent, enroulé sur une branche de frangipanier proche de la façade, l'a mordu au visage alors qu'il ouvrait ses volets au petit matin. La mort fut foudroyante, 5 mn après l'attaque du petit serpent vert.

    Le jardin botanique d'Ubud, île de BaliLe jardin botanique d'Ubud, île de BaliLe jardin botanique d'Ubud, île de Bali

    L'élégante plante herbacée aux feuilles disposées en éventail, qui ressemble à un palmier, dans les miniatures ci-dessus s'appelle l'arbre du voyageur (Ravenala madagascariensis ). Il suffit de tailler la base du tronc pour se désaltérer d'une sève dont le goût est proche de l'eau.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires